Hébergement VPS, dédié ou mutualisé, mes tests

Ayant besoin d’un accès shell à la machine (ssh) sur laquel j’héberge certains scripts, j’ai décidé, il y a un mois, de tester quelques offres. Le budget que je désirais allouer était d’environs 15 CHF par mois (=15 Euro lors du test 🙂 ). Voici mes constatations avec pour chaque cas, un benchmark LoadImpact sur une application web Symfony2 avec cache Symfony activé et non pré-généré. J’ai aussi lancé des benchmarks de charge via la commande :

ab -n 1000 -c 10

et ai obtenu des résultats comparables à ceux de LoadImpact.

Gandi

La première a été celle de Gandi, qui propose un hébergement Cloud VPS où le prix est fixé suivant les « parts » utilisées. Chaque part ammène un boost de puissance au niveau CPU, mémoire et espace disque. Les avantages (testé sur une part, suivant mon budget) :

  • Disque RAID 60 avec pas mal d’espace
  • Bonne bande passante
  • Image instantanée du disque en un clique
  • Possibilité d’activer des parts automatiquement dès que le besoin s’en fait sentir

Les inconvénients:

  • Avec une part, même un simple apache est à la ramasse (version OS testée: Centos 5.5)
  • Trop peu de RAM pour une part
  • Il faut 4 part pour avoir un vrai coeur CPU dédié ( 48 Euros / mois)

Benchmark:

On voit clairement que pour plus de 20 clients, le serveur est à la ramasse. La charge se trouvait surtout au niveau mémoire et CPU. Très mauvais point au niveau de la montée en charge. Je tiens tout de même à remercier Gandi pour la part d’essai mise à disposition, elle permet de situer à peu près ses besoins sans devoir directement passer à la caisse (dans mon cas, probablement 4 parts).

Benchmark Gandi LoadImpact.com

Infomaniak

Devant ce premier résultat, j’ai décidé de voir comment mon hébergeur actuel, Infomaniak, s’en sortait. Il ne s’agit pas d’un VPS mais d’un hébergement mutualisé. Après pas mal de soucis pour rendre fonctionelle l’application Symfony 2 (débugging via les logs accédés par FTP, aucun log d’erreur apache visible), j’obtiens le benchmark suivant:

Benchmark Infomaniak LoadImpact

Cette fois, les résultats sont un peu plus rassurants. J’en déduis qu’un VPS Gandi avec une seule part n’arrive pas au niveau de mon hébergeur actuel.

Kimsufi 2G

Quand même désireux de connaître quelle offre en dédié pouvait atteindre des performances d’hébergement correcte (au mois celle d’un mutualisé Infomaniak), j’ai parcouru plusieurs offres qui pourraient convenir à mon budget (Dédibox, Kimsufi 2G, Ikoula… ne cherchez pas d’offres en Suisse, pour 15 CHF vous n’aurez pas de dédié, ni VPS… uniquement du mutualisé. Il faut compter au moins 60 CHF pour un VPS / dédié en Suisse). J’ai finalement opté pour un mois chez OVH avec un Kimsufi 2G.

Avantages:

  • CPU correcte (Celeron 220 1.2 Ghz)
  • Bonne bande passante
  • Mémoire RAM suffisante pour faire tourner un serveur Apache ( 2GB)
  • Espace disque correcte
  • CentOS 6
Les inconvénients:
  • Temps de livraison assez long (7 jours contre 1 ou 2 pour Gandi)
  • Pas de snapshots, il faut penser à créer des backups régulières
  • Pas de possibilité d’augmenter dynamiquement la puissance du serveur

Par contre, niveau benchmark, on arrive très vite à un résultat satisfaisant sans trop devoir bidouiller la configuration d’apache:

Benchmark Kimsufi 2G

Et en jouant sur des réglages encore plus pointus, on obtient:

Benchmark Kimsufi 2G tuned avec Loadimpact

Conclusions:

Pour un site hébergé sur un serveur dédié dont la charge est limitée (une cinquantaine d’utilisateur simultanés), un dédié Kimsufi 2G est suffisant. Pour le prix d’un mutualisé Infomaniak, on a un dédié avec accès SSH. Par contre, si le serveur doit garantir une disponibilité, il reste toujours mieux d’avoir un bon hébergement mutualisé.

Il ne faut pas négliger la sécurisation du serveur. Alors que pour un hébergement mutualisé, on peut s’attendre à n’avoir que peu de configuration à faire (accès répertoire Apache, etc.), sur un dédié, il faut tout configurer soit même. Pour un VPS Gandi ou dédié OVH, les premiers scan d’URL arrivent environ 2 heures après l’activation d’apache (scan des sous-répertoires phpmyadmin de plusieurs versions connue comme vulnérables par exemple).

About Ludovic

Ingénieur en informatique dipl. EPFL
Cette entrée a été postée dans la catégorie Linux, PHP et taggée , , , . Ajouter le permalink aux favoris.

2 Responses to Hébergement VPS, dédié ou mutualisé, mes tests

  1. Frederic Lossignol says:

    Salut Ludovic,

    Apres lecture de ton article comparatif des performances des hébergements, je te contacte afin d’avoir une idée/ un retour sur un probleme précis et ce que tu me conseillerai.

    J’ai un site d’un client qui fait un nombre de visites « normales » tout à fait supportables. Cependant, il fait des passages Télé à des heures de grande écoute et là, les visites sur son site explosent, entrainant de fait un problème sur son serveur actuel qui finit par rendre le site indisponible à ces moments la.

    J’aurai voulu savoir, pour ce type de contrainte que verrai-tu ?
    Un mutualisé performant, un VPS, un dédié ?

    L’offre mutualisé d’infomaniak me semble pas trop mal niveau performance, t’en penses quoi ? Ou un VPS serait-il mieux adapté ?

    Cordialement,

    Fred

  2. Ludovic says:

    Bonjour Frederic,

    Cela dépend de la charge (nombre de clients), il est possible qu’un mutualisé comme Infomaniak soit suffisant, mais si la charge est trop importante, il risque aussi d’y avoir des problèmes. Je pense qu’il faudrait demander directement à Infomaniak quel pic de fréquentation ils peuvent supporter. Vu les sites qu’ils hébergent (à noter cependant qu’ils ne sont probablement pas tous en mutualisés), il doit déjà y avoir une bonne marge. Attention également à la charge sur le serveur, si elle est trop importante venant d’un site, il risque d’être mis hors ligne (par exemple, code trop gourmand en temps CPU ou absence de caching).

    Concernant les dédiés et éventuellement les VPS, il y aurait l’avantage de pouvoir mettre en place un « reverse proxy » si la charge est vraiment importante, afin de répartir les requête sur plusieurs serveurs. Mais à ce niveau, c’est la configuration qui va prendre du temps. La configuration est, par contre, plus flexible sur un VPS ou un dédié, mais les ressources coûtent également plus cher. Je crois que Gandi propose des VPS « flexible », pour lesquels ils est possible d’augmenter temporairement les ressources « à la demande » (ça revient par contre plus cher qu’un hébergement mutualisé).

    J’investiguerai dans un premier temps l’option d’un serveur mutualisé.

    Meilleures salutations.

    Ludovic